Tribune du groupe Un nouveau souffle pour Gonesse - juin 2019

Sécurité et tranquillité publique : le retour des beaux jours est aussi celui des nuisances.


Hameau des Tulipes, Marronniers, Fauconnière, Vieux-Gonesse, Vignois, Madeleine, Acteurs … quasiment aucun quartier de Gonesse n’y échappe. Le retour du printemps entraîne des regroupements nocturnes bruyants sur les placettes devant les résidences mais aussi dans les quartiers pavillonnaires (Centre commercial de la Place des Myosotis, Place des Roses, Rue de Savigny, Orgemont, Platanes-Pléiade, Centre commercial de la Madeleine, Parking arrière St-Blin etc.). Les rodéos à moto ou scooter en journée contribuent aussi à pourrir la vie des habitants.


Des caméras de vidéosurveillance (une cinquantaine officiellement) fonctionnent-elles ? Comment les images sont-elles utilisées ? Nous nous interrogeons. Les élus de notre groupe réclament la mise en place d’un véritable centre de surveillance urbain (CSU) avec une équipe derrière les caméras. Mais la vidéosurveillance seule ne suffit pas. Des arrêtés municipaux interdisant les occupations bruyantes et permettant d’infliger des amendes (taper au portefeuille), des rondes régulières de police municipale et un véritable service de police nocturne sont nécessaires.

Il convient aussi d’agir sur le volet préventif : l’échec de la sécurité, c’est aussi l’échec de la politique jeunesse à Gonesse. Beaucoup de ceux qui occupent les places de manière bruyante ont de graves problèmes d’addiction : alcool, drogues. Ne les laissons pas livrés à eux-mêmes.


Depuis des années, lors des réunions de quartier, les mêmes questions reviennent … et la situation ne s’améliore pas. Nous avons reçu une délégation de Gonessiens excédés dans notre local. Ils nous ont fait part de leur exaspération devant les promesses non tenues et l’inaction de la mairie. Si rien n’est fait rapidement, l’été risque d’être insupportable. Nous réclamons un véritable plan d’urgence pour la tranquillité publique.


Inquiétude sur le bétonnage des quartiers pavillonnaires aux Marronniers.


Lors des derniers conseils municipaux, la mairie a décidé la vente de 2 parcelles pavillonnaires pour construire des immeubles collectifs. Au 10 avenue Gabriel Péri, une maison d’un marchand de sommeil a été achetée 650 000 € et détruite pour 100 000 € par la ville … et revendue 220 000 € pour construire 5 appartements (530 000 € de déficit pour le contribuable Gonessien !). Au 42 avenue Gabriel Péri, un entrepôt sur une parcelle de 630 m² a été vendu par la ville pour 220 000 € pour construire 11 appartements. Le maire souhaite-t-il progressivement raser les pavillons pour bétonner ? Cette stratégie risque d’aggraver les soucis de stationnement déjà majeurs. Nous nous y opposons totalement et demandons la préservation des secteurs pavillonnaires.


Cédric Sabouret, Anna Pequignot, Jean Samat, Julien Dos Santos et Alain Baran

nous CONTACTer

Tel : 06.80.71.81.05

email : pourgonesse@gmail.com

Permanence : 14 rue de l’Hôtel-Dieu

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • Twitter - Cercle blanc

rester informé(e)

Design graphique Perfekt ! © 2019 Mentions légales